Nos conseils pour adoucir le quotidien quand on est touché par le cancer

Nouveauté !

Touché par un cancer, comment adoucir son quotidien ?

touché par un cancer, comment adoucir son quotidien ?

Vivre avec le cancer

 

 

A l’heure où une grande étude réalisée par Santé Publique France et le Centre international de recherche sur le cancer nous rappelle que 4 cancers sur 10 seraient évitables, les messages de prévention sur la consommation d’alcool, de tabac, la mauvaise alimentation et l’obésité ne quitteront jamais l’actualité.
Pourtant, pour les 346 000 cas de cancers diagnostiqués en 2015 chez les 30 ans et plus, la maladie fait malheureusement maintenant partie du quotidien. Voici nos conseils.

 

Ne pas cacher la maladie


Il est primordial d’en parler à son entourage personnel. Cacher le diagnostic et/ou l’évolution de la maladie n’est pas une bonne idée même sous prétexte de protéger les siens. En taisant les informations sur votre état de santé, vous vous restez seul avec vos inquiétudes et vous vous isolez. Le cancer n’est pas une maladie honteuse, c’est vous le malade qui êtes victime de la maladie.
Dans votre contexte professionnel, seule compte votre décision de rompre le secret médical n’abordez la question que si la confiance règne entre votre employeur et vous.

 

Comment affronter la douleur ?


Ne nous voilons pas la face, avoir un cancer c’est affronter des douleurs multiples, liées à la maladie, aux traitements thérapeutiques, aux médicaments, aux effets secondaires des traitements, à l’image, l’estime et la confiance en soi qui sont sérieusement ébranlées par les épreuves. Souffrir en silence est vain, toutes les douleurs doivent être entendues et prises en considération, n’hésitez pas à demander une consultation spécialisée avec les équipes en charge de la douleur pour vous procurer des soins de support.

 

utiliser les soins de support

 

Parmi ces soins de support, se trouvent la prévention des nausées et vomissements, la prévention des chutes de globules blancs, le traitement de l’anémie, les transfusions éventuelles, le support psychologique, l’assistante sociale, la nutritionniste. Les médecines alternatives peuvent prendre le relais.

 

C’est le moment de prendre soin de soi et savoir bien s’entourer

 

 

  • Gérer la fatigue intense : Pour affronter la fatigue qui sera votre compagne de route au quotidien durant toute la maladie ; car tout est fatiguant voire épuisant, du début avec le choc du diagnostic, la maladie est un réel « parcours du combattant », le parcours administratif, la chirurgie, la chimiothérapie, les traitements d’entretien, les rayons, les allers-retours à l’hôpital auxquels s’ajoutent les médicaments et leurs effets secondaires et les troubles du sommeil.
    Là aussi le recours aux médecines dites douces peuvent être une aide précieuse en complément des soins de support
  • Activer tous les soutiens possibles, ce seront les associations de patients qui disposent d’un réseau d’entraide bienveillant. Certaines ont des initiatives tout à fait intéressantes. Savez-vous par exemple que vous pouvez co-voiturer pour vous rendre aux séances ? bénéficier de séances avec esthéticienne, coiffeuse, psychologue pour vous aider à vous réapproprier votre corps martyrisé par la maladie, des ateliers cuisine pour retrouver le plaisir de manger. Plusieurs associations ont pour principale mission de vous accompagner au quotidien ; elles vous informent sur vos droits, les démarches sociales, la reprise d’une activité professionnelle et dans toutes les épreuves de la maladie, il ne faut pas hésiter à les solliciter.
  • Demander l’accompagnement de sa mutuelle qui peut vous apporter des services supplémentaires comme des heures de ménage, une aide aux transports, une aide financière pour assumer des dépenses telles l’achat de prothèses capillaires ou mammaires, les soutien-gorge adaptés. C’est le moment de la contacter pour faire le point sur les compléments disponibles.
  • Pratiquer une activité physique malgré la fatigue est fortement recommandée car cela permet de diminuer le risque de rechute. Cela comprend l’activité sexuelle dont les bienfaits ne sont plus à prouver. 

 

Pour conclure, gardons en mémoire, que nous pouvons tous apporter du réconfort quotidien aux malades du cancer par des gestes simples : sourire, écouter, regarder avec bienveillance, ne pas avoir peur de la maladie.