Toute l'information utile sur le blog MBA mutuelle : remboursements, conseils...

Mon espace perso

Coût de l’entrée en EHPAD : gare aux idées reçues !

Coût maison de retraite EHPAD

 

 

Des aides existent

 

 

L’entrée en maison de retraite est encore marquée par la peur. En effet, les affaires de mauvais traitements, régulièrement à la une des médias, contribuent à alimenter cette mauvaise image.

En plus de la crainte d’avoir des conditions de vie et d’accueil déplorables, s’ajoutent l’anxiété du financement, et sur ce sujet, les articles de presse foisonnent également.

Ainsi, dans cet article nous vous livrons des éléments de compréhension au sujet de la tarification d’un séjour en maison de retraite et sur les aides disponibles.

 

 

La facturation comprend trois postes distincts

 

Les frais d’hébergement en EHPAD

 

Souvent exprimé en forfait à la charge du résident ils concernent l’accueil hôtelier, la restauration, l’entretien et la fourniture du linge de maison et de toilette, les loisirs et animations proposées par l’établissement… Pour financer ces frais, il est possible de bénéficier d’aides sous conditions de ressources. Ainsi, vous pouvez bénéficier de :

  • L’aide fiscale : la réduction d’impôt est alors égale à 25% des sommes réglées pour l’hébergement et la dépendance durant l’année, avec un plafond à 10 000 € par personne hébergée. Il faut déduire les aides éventuellement perçues du montant déclaré comme l’APA et les aides au logement.
  • L’aide au logement si les revenus ne dépassent pas un certain plafond fixé par la CAF ou la MSA. Leurs sites internet vous permettent de faire des simulations. Site CAF / site MSA
  • L’aide sociale départementale (ASH). Cette dernière sera versée aux plus de 65 ans. Les plus de 60 ans peuvent également en bénéficier en cas de reconnaissance pour inaptitude au travail, et s’ils ne peuvent pas régler l’intégralité de l’hébergement. Il convient de s’assurer auparavant que l’EHPAD est habilité à recevoir des bénéficiaires de l’ASH.

Le montant de l’aide sociale est fixé par les services du département en fonction des ressources et est versé selon des règles propres à chaque département. Néanmoins, il existe une règle commune. Ainsi, en cas de versement de l’ASH, il est obligatoire de reverser 90% de ses revenus (allocation logement comprise) à l’établissement.Attention, cette aide est récupérable sur succession après décès. Par ailleurs, les services départementaux peuvent demander l’inscription d’une hypothèque sur les biens immobiliers de la personne.En cas de versement de l’ASH, les enfants et petits-enfants, soumis à l’obligation alimentaire peuvent être sollicités afin qu’ils participent au règlement des frais. La participation sera alors calculée indépendamment pour chacun en fonction de ses ressources.

 

 

Les soins

 

 

Le tarif de soins comprend :

  • Les prestations médicales et paramédicales
  • Les prestations de soins, soins d’hygiène, soins de confort, soins de continuité de la vie

Ce poste est remboursé par la Sécurité sociale excepté les cinq restes à charge publics.

 

L’entrée en maison de retraite ne doit pas négliger la réalisation des soins habituels comme la visite annuelle chez le dentiste, le contrôle de la vue et de l’audition... Ces soins spécifiques seront pris en charge par votre mutuelle. Ne perdez pas l’habitude de faire des devis et d’utiliser les réseaux de soin qui vous permettent de bénéficier de tarifs très avantageux tout en garantissant la qualité.

 

 

La dépendance

 

Le forfait dépendance regroupe les prestations d’aide, d’accompagnement et de surveillance, liées à la perte d’autonomie et qui nécessitent l’intervention de personnels qualifiés. Il est fixé par le président du conseil départemental pour une durée d’un an.

L’évaluation de la dépendance s’effectue sur les critères de la grille AGGIR par le médecin coordonnateur de l’établissement.

Il existe trois tarifs dépendance. Plus la dépendance du résident est élevée, plus le tarif journalier sera élevé. Cependant, le tarif GIR 5-6 est le plus souvent appliqué et ce, quel que soit le niveau de GIR de la personne. Il s’applique en effet aux personnes ayant un revenu mensuel inférieur à 2472,04 €. Pour les personnes ayant un revenu supérieur, le tarif appliqué varie en fonction du niveau de dépendance de la personne.

 

 

Comment bénéficier de l’APA ?

 

L’APA (allocation personnalisée d’autonomie) est une allocation destinée aux personnes âgées de 60 ans et plus, en perte d’autonomie et versée par le conseil départemental directement à l’établissement.

Pour bénéficier de l’APA, il convient d’être âgé de 60 ans ou plus, de résider en France de façon stable et régulière et d’être en perte d’autonomie, (c’est-à-dire avoir un degré de perte d'autonomie évalué comme relevant du GIR 1, 2, 3 ou 4 par une équipe de professionnels du conseil départemental).

Il n’y a pas de condition de revenu pour bénéficier de l’APA. Si vous remplissez les conditions d’âge, de résidence et de perte d’autonomie, vous pouvez ainsi bénéficier de l’APA quels que soient vos revenus. En revanche, le montant attribué dépend de votre niveau de revenu. En effet, au-delà d’un certain seuil, une participation progressive vous sera demandée.

À la différence de l’ASH, l’APA ne fait l’objet d’aucune récupération des sommes reçues ni du vivant ni au décès de son bénéficiaire. Le département ne peut donc en aucun cas demander le remboursement des sommes versées au bénéficiaire si sa situation financière s’améliore de son vivant, ni les récupérer sur sa succession à son décès.

À la différence de votre caisse de retraite qui peut intervenir dans certaines situations individuelles, votre mutuelle ne pourra pas vous apporter d’aide financière au règlement du coût d’entrée en EHPAD. Elle pourra néanmoins intervenir par l’intermédiaire de son service d’action sociale sur les frais de santé engagés (dentaire, optique, audioprothèse, téléassistance…).

 

 

Pour aller plus loin :

 

Accompagnement d’un proche en situation de dépendance,

www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr/

Navigation